Les blessés de l'âme ne veulent ni haïr, ni se soumettre : ils veulent s'en sortir.

-Boris Cyrulnik

La Thérapie : quand ?

C’est une évidence trop peu promue : tout le monde ne vit pas les choses de la même manière. La réalité n’est pas la même pour tout le monde, et de fait il n’y a pas UNE réalité, mais vous et moi, avons notre PROPRE réalité, qui dépend de la manière dont nous percevons les événements (ce qui nous arrive), et de ce que nous en faisons. Partant, ce n’est pas la nature des faits, des épreuves que nous traversons, qui nous indique si c’est le moment de consulter ou non, mais bel et bien la manière dont nous les vivons, dont nous les ressentons !

Heureusement, la plupart du temps, nous savons faire avec nos petites ou grandes difficultés de vie. On trouve la solution tout seul, ou grâce au support de la famille ou des amis. Pourtant, il peut arriver qu’on n'y arrive pas, ou plus. Ce peut être un sentiment de tourner en rond, un malaise existentiel diffus, une sensation de vide, de ne plus savoir qui on est, une sensation d’étouffer dans sa vie, des questions entêtantes que l’on se pose, une sorte de blocage qu’on n’arrive pas à débloquer, …

Parfois, ce mal-être peut se transformer en une véritable souffrance voire en détresse morales, comme l’impression d’une torture psychologique. La tristesse devient dépression, l’anxiété fait de chaque moment de la vie un danger, les traumatismes du passé empêchent de vivre le présent.

La Thérapie est alors une voie possible vers un aller-mieux.